Prépaper le déconfinement : la vidéo pour mesurer la distanciation sociale

Si le gouvernement a annoncé la prolongation du confinement jusqu’au moins la mi-avril, un déconfinement progressif commence à être envisagé pour la suite. Les conditions restent à déterminer, mais les modèles de dynamique épidémiologique suggèrent d’ores et déjà de longues durées de distanciation sociale pour contenir le risque de deuxième vague de contagion.

Aussi, il convient déjà pour les pouvoirs publics et les gestionnaires d’infrastructures accueillant du public, de réfléchir à des moyens permettant de valider le respect des consignes de distanciation.

La vidéo : un outil efficace et peu intrusif

Un débat sur l’utilisation des données mobiles de géolocalisation a été ouvert, soulevant des craintes sur la protection des libertés individuelles et la capacité à revenir en arrière une fois l’épidémie vaincue. Edouard Philippe a d’ailleurs rappelé que, s’il n’exclut pas d’utiliser ces méthodes de tracking sur le fondement d’un engagement volontaire notamment pour le suivi des personnes infectées, il ne travaillait pas sur des instruments qui rendraient obligatoire ces méthodes parce qu’elles ne seraient pas légalement permises.

Alternativement, l’analyse automatique de vidéo apparaît comme une solution efficace à plusieurs égards :

  • Précision: aucune autre technologie ne permet d’estimer avec autant de précision et dans autant de configurations la distance moyenne séparant deux individus
  • Disponibilité à grande échelle: les espaces publics sont déjà largement équipées de caméras (plus d’un million en France), qui peuvent être rapidement valorisées dans ce contexte
  • Respect de la vie privée: des dispositifs d’analyse automatique de vidéo permettent de rendre cette technologie non invasive et respectueuse de la vie privée. Chez Wintics, notre logiciel peut fonctionner avec un très bon niveau de précision sur des caméras thermiques à partir desquelles il est impossible de reconnaître des visages. Pour les caméras optiques, notre logiciel peut être hébergé dans un micro-PC branché directement à la caméra (edge computing). De cette façon, la vidéo est transformée directement en local en données anonymes sans qu’aucune vidéo ne soit ni stockée, ni ne transite par les réseaux. Ainsi, pour tous types de caméras, il est possible de récupérer des données à la fois respectueuses des libertés individuelles, et précieuses pour les gestionnaires d’espaces publics afin de les aider à quantifier le respect des mesures de distanciation et à prendre les décisions pertinentes.

Wintics se tient prêt

Wintics a déjà démontré la robustesse et la précision de sa solution logicielle auprès de nombreux gestionnaires d’infrastructures pour des cas d’usage de fluidification des mobilités.

Dans le contexte exceptionnel que nous traversons, nous sommes en train d’adapter notre solution et sommes prêts à rapidement aider tous les gestionnaires d’infrastructures accueillant du public : espaces publics, gares, transports en commun, commerces, routes. Notre objectif est de contribuer à la mise en place de dispositifs efficaces qui permettront de mesurer le respect des règles de distanciation pour réussir l’étape du déconfinement progressif et in fine vaincre l’épidémie.